En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de vie privée sur le site SNCB. Pour plus d'informations sur les cookies utilisés sur ce site et sur la gestion de ceux-ci, veuillez lire notre politique en matière de cookies.

L'histoire du « Wagon de l’Armistice »

Écrit le dans le catégorie Saviez-vous que?

Novembre 1918. L’heure de l’Armistice a sonné au terme d’un conflit qui aura fait 18,6 millions de morts. Le ministère de la Guerre français demande à la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, créée par le belge Georges Nagelmackers, de mettre à sa disposition une voiture pouvant être utilisée comme bureau afin d’y signer l’Armistice.

Le 8 novembre 1918, une voiture-restaurant, réaménagée pour l’occasion, est attachée au train du maréchal Foch qui transporte les plénipotentiaires français jusque dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Après trois jours de négociations, la délégation française, ainsi que ses alliés, signent avec les représentants allemands l’Armistice. Ce jour-là, la voiture n°2419 D entre dans l’histoire comme « Wagon de l’Armistice ».

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En juin 1940, Hitler décide d’y faire signer le cessez-le-feu, au même endroit qu’en 1918, afin d’effacer l’humiliation de la défaite allemande. Puis il fait acheminer la voiture à Berlin. Détruite en 1945, elle a été remplacée en forêt de Compiègne par une autre voiture Wagons-Lits comme symbole de la paix retrouvée.

Quelques images d'archives:

 

Aujourd'hui, Train World est ouvert de 10:00 à 17:00 (dernière entrée à 15:30).

close